> 1952

 

 

 

 

 

 

 

Le RIVET (Armes lourdes)

 Durant cette année le 6e va opérer principalement

Dans le Delta et la Haute Région :

D'Août à Septembre dans le Delta,

Octobre en Haute Région (Tu-Le)

Novembre retour dans le Delta,

Décembre dans la Haute Région (Nasan.).

 

 

 

Pendant deux mois le Bataillon est envoyé pour "Une mise en condition"

dans le delta région de VINH et de PHUC YEN.

 

Mission :

S'implanter et  procéder à des reconnaissances de terrain,

 des embuscades de nuit, des patrouilles de jour.

 

Il est mis à la disposition des différents commandants de secteur.

Pendant ces deux mois de "mise en condition"

Le Bataillon ne tira que quelques coups de feu,

et dans le journal de marche ne figurons

 

 

"On ne fait rien sans une parcelle de cœur.

La devise du 6 était "CROIRE ET OSER".

Avec ce Bataillon on pouvait vraiment adopter

Cette devise. Quel Bataillon!!!"

(Général BIGEARD avril 2005) 

que les lettres: R.A.S

 

 

 

 

 

 

AOUT 1952

 

L'effectif du Bataillon est de 885 parachutistes.

 

 

 

 

1 Août au 4 Août 1952,

 

Pendant c'est 4 jours le Bataillon perçoit son matériel

avec tirs de fonctionnement des armes pour toutes les compagnies.

 

 

 

5 Août 1952,

 

Rassemblement du Bataillon est effectué en tenue "Opération terrestre",

avec inspection par le chef de corps.

 

 

 

 

6 Août 1952,

 

Rassemblement du Bataillon est effectué en tenue "Opération aéroportée".

Avec démonstration et exercice de confection de gaines.

 

 

 

 

7 Août 1952,

 

R.A.S.

 

 

 

 

8 Août 1952,

 

 

Dernières perceptions de matériel.

Le Bataillon est opérationnel à partir de ce jour

 

 

9,10,11 Août 1952,

 

R.A.S.

 

 

 

 

 

12 Août 1952,

 

11 Heures,

Le Bataillon est mis en alerte terrestre.

Effectif Opérationnel du Bataillon 670 parachutistes.

 

 

14 Heures 30,

 

Départ en camion,

direction HUONG CANH à 5kms au Nord de PHUC-YEN,

où à peine arrivée la 11e compagnie part en embuscade de nuit

sur la route de VINH-YEN, à 4 km de poste.

Mais pour la nuit rien sera signalé.

 

 

 

 

13 Août 1952,

 

Le Bataillon part en reconnaissance à pied des abords de la RC2

de HUONG CANH à DON-HAU.

Mais là aussi R.A.S.

 

BIGEARD laisse la CIP en embuscade dans le village de DON-HAU,

pendant que le reste du Bataillon repart pour HUONG-CANH.

 

 

 

 

14 Août 1952,

 

Au matin la CIP rejoint le reste du Bataillon une nuit ou rien a bougé.

 

En milieu de journée BIGEARD part en reconnaissance

en camion avec la CIP entre HUONG- CANH et VILT-TRI.

 

La 11e compagnie à l'Est jusqu'à VI-TRU,

12e compagnie à l'Ouest.

 

Jusqu'à SON-LOI partent en patrouilles à pied.

Ils resteront jusqu'au matin en embuscade.

 

La CIP ira pour la nuit mettre en place des tirs de 81

sur la voie ferrée au Nord de HUONG-CANH.

Et là aussi R.A.S.

 

 

 

Le séminaire (photo propriété du site.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15 Août 1952,

 

La journée et la nuit en embuscade,

pour toutes les compagnies.

R.A.S

 

 

 

 

16 Août 1952,

 

La 12e compagnie qui était resté à HUONG-CANH

fait mouvement sur VIET-TRI où elle a pour mission de monter

des embuscades de nuit autour de la ville.

 

Pour les autres compagnies sont toujours aux mêmes endroits.

La nuit sera calme pour tout le monde

R.A.S.

 

Base arrière : Une prise d'armes a lieu, au stade MANGIN

sous le présidence du général commandant en chef par intérim,

à l'occasion du passage de commandement des TAP.Nord,

entre le colonel de ROCQUIGNY et le lieutenant DUCOURNEAU,

qui prend le commandement des T.A.P.Nord.

Le 6 est représenté à cette cérémonie par son fanion.

 

 

 

 

17 Août 1952,

 

Le Bataillon est toujours en reconnaissances entre VINH-YEN et HUONG.

Des postes du secteur.

De nuit, des embuscades sont mises en places sur la R.C.2.

Les reconnaissances ainsi que les embuscades ne donnent rien.

 

 

 

 

18 Août 1952,

 

 

Toujours en reconnaissance sur les postes suivants :

Les MAMELLON, TONG LONG et HU BANG.

De nuit de nouvelles embuscades sont mis en places sur la R.C.2

Sans résultat.

 

Base arrière : Prise d'armes à l'occasion du départ du 10e BPC

rapatrié en fin de séjour.

Le Bataillon est représenté par son fanion.

 

 

 

 

 

19 Août 1952,

 

 

Le Bataillon se trouve dans la région de DON-HAU.

Un exercice de défense du point d'appui par la C.C.B

Rien d'autre à signaler pour la journée.

 

Une embuscade de nuit est mis en place par la 11e

au Sud de VI TRU sans résultat.

 

 

 

 

 

 

20 Août 1952,

 

 

La 6e C.I.P avec "BRUNO",

par en reconnaissance des postes dans la région de PHU-LO.

Mais rien ne sera signalé par la C.I.P

 

Le reste du Bataillon est toujours sur DON-HAU.

 

 

Pour la nuit la 11 va faire

une nouvelle embuscade dans la région de LY NHAN

qui cette fois va accrocher un groupe ennemi.

 

Bilan: 3Viêts tués dont 1 commissaire politique.

Pour la 11, 1 blessé.

 

 

 

 

 

21 Août 1952,

 

Pour la journée le Bataillon reste au "Repos".

Dans la nuit des embuscades sont lancent dans tout les secteurs

par toutes les compagnies,

seul la 12 intercepte deux convois de ravitaillement.

 

Résultat 2 coolies blessés, 1 coolie tué et 1 coolie prisonnier.

Pour le 6 R.A.S

 

 

 

 

22 Août 1952,

 

 

Cette journée sera identique à celle d'hier

juste une embuscade dressée par la C.C.B de nuit qui accroche un groupe Viêt

au Sud de VI TAU mais là aussi sans aucun résultat.

 

 

 

 

23 Août 1952,

 

La journée sera toujours aussi calme.

Des embuscades seront établies pour la nuit sans aucun résultat.

 

 

 

 

 

24 Août 1952,

 

Sur ordre du commandant de secteur,

le Bataillon est parti s'installer dans le village de HUONG CANH

en point d'appui fermé.

 

Une fois sur place la 11e Compagnie part gardé

le pont de HUONG CANH qui surplombe la rivière.

Pour les autres compagnies installation dans le village

qui devient une vraie forteresse.

 

Pour la nuit quelques coups de feu seront échangés avec des éléments viêts.

Mais rien de bien méchant le 6 attend toujours son 1er vrai accrochage.

 

 

 

 

25 Août 1952,

 

La 11e appuyée par un peloton de chars part en reconnaissance

de crêtes situées entre la R.C.2. et le poste de TAM LONG.

Une nouvelle journée sans aucun accrochage.

 

 

 

 

 

26 Août 1952,

 

La journée sera calme.

R.A.S

 

 

 

 

27 Août 1952,

 

Le Bataillon part en opération de nettoyage au Sud de HUONG CANH.

 

Trois compagnies font accrochées les vîets,

La CIP sur le village de BA YUAN,

la 11 sur le villageXUAN BANG,

et la 12 DONG LAI,

ils seront aidés par l'artillerie et les mortiers du Bataillon

qui déclenche des tirs en leurs faveurs.

Les viêts décrochent vers le Sud mais aussitôt pris à partie par l'artillerie.

 

Bilan de l'opération: 5 viêts tués et une dizaine de blessés.

 

 

 

 

28 Août 1952,

 

15 Heures 30:

 

le Colonel Commandant le secteur demande à BIGEARD l'envoi d'une compagnie à HIEN LUONG

pour renforcer une compagnie du sous-groupement blinde N°1

qui a pour mission de prendre YEN MINH,

et que cette compagnie soit placée sous les ordres du capitaine commandant la comagnie du S.G.B N°1.

 

La 11 est mis en alerte,

mais Bigeard refuse que sa compagnie soit sous les ordres autres que un capitaine du 6,

et donne le commandement au capitaine TOURRET.

Le Colonel accepte.

 

16 Heures:

C'est autour de la 12 d'être en alerte et rejoint NENH BAC.

Où une compagnie du R.T.M vient d'être contre-attaqué

et a subi des pertes sévères.

 

BIGEARD fait mouvement avec la compagnie et prend le Commandement

de l'ensemble à savoir:

-1 compagnie de tirailleurs marocains.

-La compagnie d'intervention du secteur

et la 12 du 6.

 

18 Heures 30:

L'assaut sur YEN MINH est donné, après une préparation d'artillerie.

L'assaut sera violent mais très court.

Une tête de pont est installée dans le village par le Capitaine TOURRET

 

Les pertes viêts: 15 tués, 3prisonniers, 1F.M., 2 P.M et 5 fusils récuperées.

Pour le 6, 7 blessés légers dont 1 Lieutenant.

 

23 Heures:

Le Colonel commandement le secteur demande à la 12éme Compagnie de rejoindre YEN MINH

pour appuyer la 11éme compagnie pour le reste de la nuit.

Mais rien ne saura à signalé.

 

 

 

 

29 Août 1952,

 

14 Heures:

Le seul fait marquant de la journée sera le retour à 14 Heures

dés deux compagnies à HUONG CANH.

 

 

 

 

30Août 1952,

 

De nuit 3 compagnies sont en embuscades,

la CIP garde le pont de HUONG CANH,

la 11 dans la région de la cantondrerie japonnaise,

la CCB en embuscade au sud de HUONG CANH qui sera la seul à accrocher les viêts

mais rien de très sérieux.

 

Une journée calme.

 

 

 

 

31 Août 1952,

 

Une journée calme.

 

 

Mon oncle le GUY DAMONGEOT.

 

 

 

 

SEPTEMBRE 1952,

 

L'effectif du Bataillon est de 875 parachutistes.

 

 

 

 

 

1 Septembre 1952,

 

 

Opération de nettoyage dans le secteur Sud

de HUONG-CANH, sur le village de XUAN- LANG.

 

Le Bataillon reçoit pour mission de trier la population d'un groupe

de villages: XUAN-LANG, YEN-LAN, HOP LE.

 

4 Heures:

Départ de HUONG-CANH par la route direction LY NHAN

pour la 6ème CIP qui marche en tête elle accroche

les viêts en arrivant sur LY NHAN,

les viêts se replient vers SONG CALO.

 

6 Heures:

Le bouclage est assuré par les blindés su S/B.B.N°1

sur la route Est des villages et dans la partie Sud.

Au Nord par la 12ème compagnie qui borde la canal.

 

Toutes la journée sera la poursuite de l'opération par la fouille des villages.

Le bilan de l'opération sera maigre seulement quelques suspects arrêtés

dans XUAN-LANG.

 

Retour au cantonnement dans la soirée.

 

 

 

 

2 Septembre 1952,

 

16 Heures,

Sur ordre du Commandant du secteur.

 

2 compagnies la 12è et la C.C.B embarqués

en camions pour une opération de nettoyage à MACH-LUNG.

Appuyer par les mortiers de la C.C.B ratisse entre MACH-LUNG

et DAI DONG mais cela ne donnera rien.

 

22 Heures,

Retour au cantonnement.

 

 

 

 

3 Septembre 1952,

 

De nouveau le Bataillon nettoie 15 villages

compris dans un quadrilatère:

TIEN DOUC HA, le poste de YEN SAO,

BEN THON, PHU LO.

 

Résultat quelques suspects arrêtés.

 

19 Heures:

Le Bataillon est de retour à sa base.

 

 

 

 

4 Septembre 1952,

 

La 6ème CIP étant la compagnie d'alerte est transporté en

camion jusqu'à QUAT LUU pour une ouverture de route

entre HUONG-CANH et VINH YEN été accrochée par les rebelles.

 

MISSION: Entame la poursuite et couper leurs retraites.

 

La 12e compagnie et la C.C.B. arrivent peu aprés,

eux aussi en camion.

 

La poursuite est organisé de la maniere suivante:

Les armes lourdes en place au niveau d'un carrefour. (Non identifier)

 

La 6ème C.I.P. part à la poursuite des viêts vers le Sud

le long de la route de QUAT LULU - VIT-LO.

 

La 12ème compagnie quand à elle contourne VI TRU et VIT HANH,

par le Nord et fouille ces deux villages,

puis traverse la rivière et entame la poursuite en direction du Sud

à l'Ouest de la rivière.

Sans aucun résultat.

 

 

 

 

5 Septembre 1952,

 

La 11ème en embuscade dans la région de la cartoucherie japonaise.

Rien a bouger.

 

La C.C.B dans la région de VI TRU là aussi R.A.S.

 

 

 

 

6 Septembre 1952,

 

R.A.S

 

 

 

 

7 Septembre 1952,

 

Le Bataillon devient mobile.

 

Aussitôt quitte sa base de HUONG-CANH.

Pour une série d'opération de nettoyage le long du Fleuve Rouge

au Sud de la R.C.2.

 

15 villages entre MY-HOI et le village de TRUNG HUU.

Le Bataillon va installer en P.A. dans la pagode de TRUNG HUU.

 

 

 

 

8 Septembre 1952,

 

Pour cette journée le Bataillon repart pour un nettoyage

dans la région de DA-LOC et la région de CO-NHUE.

 

Bilan: 10 rebelles de la compagnie 474 qui seront prisonniers,

2 fusils récupérés.

 

Le Bataillon rentre à TRUNG HUU pour passe la nuit en P.A.

 

 

 

 

9 Septembre 1952,

 

R.A.S.

"Repos" à la pagode de TRUNG HUU.

 

 

 

 

10 Septembre 1952,

 

Mouvement de tout le Bataillon.

Nettoyage avec appui du S/G.B. N°1 des villages de DIEP-THON, TRANG-VIET,

DONC CAO, THON DOAI, VAN QUAN, XOM TRAI.

A VAN QUAN les viêts décrochent et son pris à partie

par les armes automatiques.

 

Ils sont poursuivis dans le banc de sables au Sud de VAN QUAN.

Aucun résultat ne pourra être donnés sur cette poursuite.

 

Le Bataillon s'installe en P.A. à QUE O THON

ou de nuit quelques embuscades aux environs du villages.

Bilan: R.A.S.

 

 

 

 

11 Septembre 1952,

 

Deux compagnies sont de sorties.

 

La 11e part reconnaître KAI-TU-XA.

 

La 12e s'installe en protection d'une unité de génie

qui répare une coupure de route. (aucune info sur le lieu.)

 

Retour à TRUNG-HUU pour les 2 compagnies.

Bilan pour la 11e R.A.S.

 

De nuit la 6ème CIP place 2 embuscades (aucune info sur les lieux)

 

Bilan pour la 6ème CIP,

5 viêts tués, 1 P.M. mat 49 récupéré.

 

 

 

 

12 Septembre 1952,

 

Le Commandement décide de renforcer chaque Bataillon

par une seconde compagnie Indochinoise parachutiste.

Mouvement du Bataillon de QUE O THON sur le poste de MAI KHE.

 

Dans la matinée le Bataillon boucle et fouille les villages de

TRUONG-TI, LA HA, TRAI TIEN et NAN CHU.

 

BILAN: R.A.S.

 

Mais la journée n'est pas fini nouvelle reconnaissance

pour l'ensemble du Bataillon de 2 villages TRUNG-HA et YEN-LAO-THI

dans ce dernier ils sont pris à partie par des éléments viêts qui décrochent vers le Sud.

Le Bilan ne sera pas connu.

 

De nuit 2 compagnies la 12 et la 6ème C.I.P.

place des embuscades sur 2 carrefours (aucune info sur les lieux)

Seul la 6 va accrocher.

 

Bilan:

5 Viêts tués, 2 prisonniers, 1 fusil, 1 P.M., 3 mines récupérés.

 

 

13 Septembre 1952,

 

Le Bataillon doit repartir de MAI KHE, pour rejoindre HUONG CANH

pour axe de marche le SONG-CA-LO.

 

Le Bataillon est renforcé d'une compagnie de Marocains.

 

La 6ème C.I.P. qui progresse sur la digue Ouest du fleuve accroche

une section viêt au débouché du pont. (aucune info sur le lieu)

Les viêts se replient vers le Nord.

Le Bataillon reçoit l'ordre du Commandant de secteur

d'abandonner la rive Ouest à partir de CAN-BI.

Rien ne va interrompre la marche du Bataillon jusqu'au poste de PHU MY.

La comme prévu le 6 commence le bouclage de la zone SONG-CA-LO

une section de viêts tombent dans les filets accrocher par la 6e C.I.P.

à la sortie du village de THAI-LAI.

 

Un mouvement d'encerclement est alors lancé par BIGEARD.

La 6e C.I.P. et la compagnie Marocains pousse les viêts vers le Nord,

tandis que la 12 leur coupe la retraite sur la rive Ouest du fleuve.

 

Mouvement parfaitement menée résultat,

15 viêts tués, 2 prisonniers, 6 fusils et 1 P.M récupérés.

 

16 Heures:

Le Bataillon arrivée à MUHONG CANH

 

 

 

 

14 Septembre 1952,

 

Seul la 11ème compagnie va sortir aujourd'hui est fait mouvement

sur le poste de DONG ANH mais rien ne sera signaler,

Et reste sur place.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15 Septembre 1952,

 

Seul fait marquant de la journée le LT LEROY reprend le Commandement

de la 11éme Compagnie jusque là assuré par le LT DEWILDE.

 

 

 

 

 

16 Septembre 1952,

 

Le Bataillon au complet fait mouvement sur le village de TIEN-DUOC-HA,

et reçoit pour mission:

 

-D'assurer la libre circulation sur la R.C.3 entre les lignes de P.A. et PHU-LO.

 

- De se tenir prêt à intervenir dans le sous-secteur comme unité mobile de réserve.

 

- De tenir le village de TIEN-DUOC-HA et de l'organiser en P.A. d'intervalle.

 

-De tendre des embuscades de nuit sur la ligne P.A. et la R.C.2.

 

L'après midi, reconnaissance par les compagnies des lieux d'embuscades possibles.

 

De nuit embuscades mais rien ne bouge.

 

 

 

 

 

17 Septembre 1952,

 

Toutes les compagnies partent en reconnaissances des itinéraires d'acces aux P.A.

en vue d'un secours éventuel à porter en cas d'attque venat du Nord.

 

Une embuscade de nuit met en fuite des éléments viêts amorçant

une coupure de la route. (Aucune info sur le lieu et la compagnie.)

 

Une autre embuscade intercepte un convoi de ravitaillement montant vers le Nord.

(Aucune info sur le lieu et la compagnie.)

 

Bilan de cette embuscade: 1 tué, équipements, tissus, sel et tabac récupérés.

 

 

 

 

 

18 Septembre 1952,

 

En journée,

une embuscade mis en place par la 11éme

et intercepte un convoi de ravitaillement venant du Nord.

(Aucune info sur le lieu.)

 

Bilan: 2 viêts tués.

Pour la 11, 1 tirailleur blessé.

 

 

 

 

19 Septembre 1952,

 

Une journée calme,

et embuscade de nuit ou rien ne bouge.

 

 

 

 

20 Septembre 1952,

 

Aujourd'hui étude du terrain depuis l'observatoire de PHU MOI.

En vue d'une opération à monter pour le lendemain.

Entre le poste de PHU MOI et le poste de YEN SAO.

 

Une embuscade de nuit et mis en place.

(Aucune info sur la compagnie et le lieu)

 

Rien à signaler.

 

 

 

 

21 Septembre 1952,

 

Comme prévu le bataillon part pour un nettoyage des 15 villages au Nord du poste

de YEN SAO.

Quelques accrochages sans gravité avec des éléments viêts

qui se replient au Nord du canal situé à 5 km du poste de PHU MOI.

 

Les viêts sont pris à partie par l'artillerie .

Mais les résultats seront négatif.

 

Des embuscades sont mis en place de nuit là aussi rien à signaler .

 

 

 

 

22 Septembre 1952,

 

La journée sera calme,

De nuit 6 embuscades sont mis en place,

4 font accrochent des convois de trafiquants à 3km à l'Est et à l'Ouest de PHU MOI.

(Aucune info sur les compagnies et les lieux)

 

Le bilan: 4 trafiquants tués.

 

 

 

 

23 Septembre 1952,

 

 

Création de la 26ème C.I.P. sous les ordres du LT DE WILDE,

qui en prendra le commandement le 1 Octobre 1952..

 

Le Bataillon part en reconnaissance au Nord du P.A. et en observation depuis

les pitons situé à 500 mètres à l'Est de DAC-DUG.

 

De nuit, 2 embuscades accrochent les viêts.

La 11ème compagnie intercepte un fort convoi de ravitaillement remontant vers le Nord,

escorté par une trentaine d'hommes.

La 6 ème C.I.P. 3 viêts tués dont un chef de groupe.

(Aucune info sur le lieu)

 

De nuit une embuscade est maintenu jusqu'au jour pour vérifier les résultats.

 

Le bilan est de 1 blessé à la 11.

7 viêts tués, Matériel, équipements, grenades et médicaments récupérés.

 

 

 

 

24 Septembre 1952,

 

1er sortie pour la 26ème C.I.P. qui effectue une reconnaissance de terrain

dans la région de TRAI CHUA, R.A.S.

 

L'après-midi , la 11ème compagnie reconnait le village de VE LINH,

léger accrochage, la compagnie manoeuvre et les viêts se replient vers la Nord.

 

De nuit, une embuscade de la 26éme C.I.P. (Aucune info sur le lieu),

la compagnie va capturer deux suspects.

 

 

 

 

25 Septembre 1952,

 

Une journée calme.

 

 

 

 

26 Septembre 1952,

 

 

BIGEARD part à HANOI pour la mise sur pied de la 26ème C.I.P.

 

Pendant ce temps les 4 compagnies partent en reconnaisances.

11ème Compagnie: village de DAN TAO,

12ème Compagnie: village de NOI BAI,

6ème C.I.P.: village de DAC DUC,

26ème C.I.P.: village de DUC HAU.

Mais rien à signaler pour toutes les compagnies.

 

De nuit, une embuscade laissée la 26ème C.I.P. intercepte un convoi de trafiquant.

Bilan: 8 suspects arretés.

 

 

 

 

27 Septembre 1952,

 

 

15 Heures:

Le Bataillon est en alerte.

Par le Lt- colonel commandant le secteur opérationnel de la R.C.3.

pour intervenir dans le village de CO-DUONG.

La 12ème Compagnie, unité de jour, est immédiatement enlevée par camion.

 

15 Heures 45:

Le reste du Bataillon suit.

grâce à sa rapidité de manoeuvre et l'aide de l'aviation

et parvenu à dégager une compagnie de partisans prise fortement à partie par les viêts,

et à encercler une partie de la compagnie viêts.

 

Le résultat est:

- 5 partisans blessés,

-13 viêts prisonniers, 3 tués,

6 fusils, 1 P.M., 1 carabine et 1 pistolet récupérés.

 

 

 

 

 

Du 28 Septembre au 30 Septembre 1952,

 

 

 

AUCUNE INFORMATION SUR L'EMPLOI DU TEMPS DU BATAILLON.

 

 

 

 

(Photo propriété du site.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Octobre 1952,

 

 

L'effectif du bataillon est de 991 parachutistes.

 

 

 

 

1 Octobre 1952,

 

Le Bataillon est en opération dans le secteur de PHUC- YEN.

Ou rien ne sera à signaler

 

La 26ème C.I.P. est créé à compter du 1 Octobre 1952.

Le LT TRAPP prend le commandement de la 12e compagnie.

 

Base arrière: Le Bataillon est représenté par son fanion a la prise

d'arme de la B.A.P.N., donnée à l'occasion du passage de

commandement de la B.A.P.N.

 

 

2, 3,4 Octobre 1952,

 

R.A.S

 

 

 

5 Octobre 1952,

 

4 Heures:

Opération de tout le Bataillon au Nord du P.A bétonné de PHU-MOI.

Départ du cantonnement au matin en pointe du dispositif établit une tête de pont

sur le canal Est-Ouest à 4km au Nord de PHU-MOI,

et reste en place toute la journée et ne décroche qu'à la tomber de la nuit.

Au retour 1 blessé par mine sera à déplorer.

 

 

 

6 Octobre 1952,

 

R.A.S.

 

 

 

 

7 Octobre 1952,

 

 

Le Bataillon rentre du secteur de PHUC-YEN dans la soirée au séminaire.

 

 

 

 

 

RETOUR AU SEMINAIRE

 

 

Du 7 Octobre au 16 Octobre 1952,

 

 

L'entraînement ne cesse jamais,

Marche commando de 15 km,

Tous les matins, exercices d’alertes et de tirs.

A cet égard, la marche commando est l’épreuve de vérité,

Au 6e on tient ou l’on est éjecté,

à moins que l’on décide soi-même de mettre fin à l’expérience.

 

 

8 Octobre 1952,

R.A.S.

 

 

9 Octobre 1952,

40 sauts d'entretien sont effectués à TONG.

 

 

 

 

10 Octobre 1952,

 

Inspection des véhicules auto du Bataillon.

Inspection de l'armement des compagnies.

 

 

 

 

11 Octobre 1952,

 

La 6ème C.I.P et la 11ème Compagnie partent au C.E.S d'HANOI

pour une séance d'entrainement au saut de la maquette.

Pour les autres compagnies exercice de confection de gaines et legs-bags.

 

 

 

 

12 Octobre 1952,

 

Une journée de "REPOS" pour tout le monde .

 

 

 

 

13 Octobre 1952,

 

Exercice à la maquette pour la C.C.B,

la 12 ème Compagnie et la 26ème C.I.P.

 

 

 

14 Octobre 1952,

 

Exercice aéroporté pour la 11ème Compagnie et la C.C.B.

à TONG.

 

 

 

 

Général GILLES, BIGEARD, Commandant en second du 6, TOURRET, Lieutenant MAGNILLAT.

 

 

 

 

 

 

15 Octobre 1952,

 

Après une journée passée entre les sauts et les différents exercices, DETENTE !

 

Ce soir tout est calme hormis la compagnie d’alerte,

la 11e campant dans ses chambrées l’arme au pied du lit,

consignée pour la nuit en tenue de combat.

Tout le reste du 6e est dehors.

 

21 Heures :

Le Capitaine TOURRET avertit le Commandant BIGEARD

que le 6eest en état d’alerte

et doit sauter le lendemain quelque part en haute région.

 

 

22 Heures:

Le Bataillon est mis en état alerte aéroportée.

Soit un effectif de 666 parachutistes Opérationnel.

 

Branle–bas de combat au séminaire,

les jeeps démarrent avec des sous-officiers

pour aller pousser un coup de gueule dans les cinémas et récupérer les permissionnaires.

 

 

 

Le Bataillon saute sur TU-LE.

 

 

 

 

24 Octobre 1952,

 

Regroupement du Bataillon à SON-LA qui se terminera vers 2 Heures du matin.

 

 

25 Octobre 1952,

 

Le Bataillon dans son ensemble se rend à l'aérodrome de NASSAM.

Ou le Commandant de la Base arrière arrive avec un dakota d'habillement et de service social.

 

 

26 Octobre 1952,

 

De l'aérodrome de NASSAM le Bataillon est aérotransporté à GIA LAM,

et regroupement au cantonnement à 19 Heures.

 

 

28Octobre 1952,

 

Repos et préparation de la prise d'arme.

 

 

 

29 Octobre 1952,

 

Prises d’armes au stade Mangin:

Le Bataillon reçoit quantité de croix de guerre sont ainsi décorés :

382 hommes sur 666 Parachutistes.

 

BIGEARD reçoit la cravate de commandeur de la légion d’honneur.

Avec instruction intensive pour intégrer des renforts en personnels

pour combler les pertes, compléter le matériel.

 

Des incidents se multiplient à HANOI entre le 6e et différentes unités

du fait que 400 parachutistes du 6e soient décorés de la croix de guerre.

La réponse du chef de Bataillon BIGEARD ne se fait pas attendre.

Dès le 31 Octobre 1952,

dans son ordre du Bataillon numéro 29

BIGEARD tire une leçon d'humilité de cette mission.

 

"LA BANDERA TU-LE-RIVIERE NOIRE FAIT PARTIE Du PASSE.

Tournons la page.

Vous avez tous terriblement souffert,

Ne le regrettez pas, ce sera notre meilleur souvenir.

 

Nous avons EtE largement rEcompensEs:

accueil chaleureux partout ou nous sommes passEs,

prises d’armes inoubliables au stade mangin.

 

Restez modestes :

Pour un jeune bataillon A peine dEbarquE,

nous avons eu la baraka.

Il nous reste A venger nos morts, nos blessEs,

nos disparus.

De tout COEur, sans bruit, avec fanatisme,

preparons nos futurs.

Gommons le passe, regardons vers l’avenir.

 

La devise du 6

est “qui ose, gagne”:

J’y ajouterai, il faut durer

car il nous reste vingt et un mois

pour maintenir et dEfendre une rEputation

trop rapidement acquise.

A tous, je fais confiance.

 

 

BIGEARD grogne. Il va trouver LINARES:

“Je préfère user mon énergie

et celle de mon bataillon à combattre d’autres guérilleros,

le viet me parait être un adversaire finalement plus loyal,

Avez-vous une mission pour moi.”

 

“J’ai ce qu’il vous faut BAN YEN NHAN.”

 

29 Octobre 1952,

Bataillon

 

 

30 Octobre 1952,

R.A.S.

31 Octobre 1952,

R.A.S.

 

 

 

 

 

NOVEMBRE 1952,

L'effectif bataillon est de 939 parachutistes.

Du 1er au 7 Novembre 1952,

Le Bataillon au "REPOS" au séminaire.

8 Novembre 1952,

Une journée où plusieurs parachutistes du 6 font être décoré.

22 Heures:

La 11ème Compagnie part occuper des blockhaus dans le secteur de GIA LAM

est relevé une unité du 2ème B.P.C partant en opération.

BIGEARD, décide de faire relevé tous les deux jours cette compagnie,

dans l'ordre suivant: 11ème Compagnie, 6ème C.I.P.,12ème Compagnie et la 26ème C.I.P.

9 Novembre 1952,

R.A.S.

10 Novembre 1952,

La 6ème C.I.P. relève la 11ème Compagnie dans le secteur de GIA LAM.

11 Novembre 1952,

Une prise d'armes est effectué par le Bataillon à la citatelle de HANOI.

Le bataillon défile présenté par le Capitaine TOURRET.

BIGEARD quand à lui présente les troupes de l'union française.

12 Novembre 1952,

La 12ème Compagnie part relevé la 6ème C.I.P. dans les environs de GIA LAM.

13 Novembre 1952,

La 6ème C.I.P. et la 26ème C.I.P. se rendent à GIA LAM pour rendre

les honneurs à MR LETOURNEAU, quittent le Tonkin pour la Cochinchine.

14 Novembre 1952,

La 26ème C.I.P. part relevé la 12ème Compagnie dans le secteur de GIA LAM.

15 Novembre 1952,

R.A.S.

Tule 57 après.

16 Novembre 1952,

Le Bataillon est mis en alerte aéroportée à partir de minuit.

Si le saut n'est pas effectué,

l'alerte sera reprise chaque soir de minuit à 8 Heures du matin.

La 26ème C.I.P. est relevée par une unité de la légion

est rentre au séminaire.

17 Novembre 1952,

R.A.S.

18 Novembre 1952,

Après quelques jours de semi "relâche"

l'entrainement physique est activement repris, les unités

effectuent une marche commando de 1 Heures 30.

19 Novembre 1952,

En plus de l'alerte aéroportée, le Bataillon prend l'alerte

terrestre avec un préavis de 4 Heures.

 

Du 20 au 26 Novembre 1952,

Jusqu'à la fin du mois poursuite de l'entrainement physique et de l'instruction.

27 Novembre 1952,

19 Heures 30:

La 12ème étant la Compagnie d'alerte ce jour est mis en alerte terrestre.

23 Heures 00:

Elle est embarque sur les L.C.M. pour porter secours à un pilote

de chasse qui a percuté le sol avec son appareil à 30 km

au Sud-Sud-Est d'HANOI.

28 Novembre 1952,

Seul la 12ème compagnie est de sorti qui nettoie le terrain

et retrouve l'avion, mais le pilote et toutes les armes de bord ont disparues.

La 12ème Compagnie rentre au séminaire à 19 Heures.

29, 30 Novembre 1952,

R.A.S.

TULE.

DECEMBRE 1952,

L'effectif du Bataillon est de 930 parachutistes.

L'effectif opérationnel est de 723 parachutistes.

 

 

Du 1er au 20 Décembre 1952,

 

Pendant ces 20 jours Le Bataillon reste à HANOI où les exercices

et les sauts d'entretien rythme les journées.

 

21 Décembre 1952,

14 Heures 00:

Le Bataillon est mis en alerte est fait mouvement par la route

et part en opérations dans la région de LUC DIEN.

Plus précisement à BAN YEN NHAN qui se trouve à 40 km de HANOI.

 

Le 6e est engagé dans le Delta, contre le régiment 42,

de sérieuse réputation et qui sème la terreur en tendant des embuscades meurtrières,

en minant l’axe HANOI-HAIPONG, et en attaquant les postes isolés.

 

La mission : Aérer le poste.

Le 6e doit prendre contact avec le chef de poste

Qui dispose de 100 hommes et de 4 canons de 105 !

 

 

 

22 Décembre 1952,

 

Le 6e participe à une opération de routine.

 

Mission :

D'assurer la protection d’un convoi de ravitaillement

jusqu'au poste de BHIN-TRI isolé

au milieu de la rizière par le régiment 42,

 

Mais Bigeard ne peut pas rester juste sur la mission

il veut en découdre avec le régiment 42

et l'occasion est trop grande.

 

Le 6eme est disposée ainsi:

Le lieutenant LE VIGOUROUX a presque atteint-la

Berge de DAI KHE.

Le 1er commando de la 26 cip de l’adjudant CANTON

à NAM TRI .

Au Sud, le lieutenant LE BOUDEC sur la digue qui relis

DAI KHE à AN TRACH.

 

Le piège se referme sur les éléments de pointe ennemie,

sans doute en train d’organiser

le harcèlement du convoi.

BIGEARD a bloqué les compagnies sur les lisières.

BRUNO félicite les compagnies pour avoir magnifiquement manœuvré.

Le convoi est passé et a pu ravitailler le poste de BINH-TRI.

« Pour revenir de BINH TRI,

le convoi peut repasser par l’itinéraire qu’il a emprunté à l’aller.

C’est là que le 42è régiment doit l’attendre.

Mais imaginons que ce convoi se déroute et passe par une autre digue,

celle qui effectue une large courbe par le sud-ouest ? .

Les viets, une fois de plus, seront surpris a découvert Sur le flanc est

ils se rabattront vers le village de CO-LE

Seule issue de secours pour sortir de la nasse. »

« C’est là que nous les attendrons. »

 

Par radio, il donne les instructions pour la nuit.

Bilan de la journée:

 

1 tué au combat ( 26ème C.I.P.)

4 blessés dont:

(POURRON blessé au poumon, PIERS blessé à la cuisse gauche, LEONI, ?)

23 Décembre 1952,

 

3 Heures du matin :

12e compagnie est aux aguets, sur les lisières de DAI KHE.

Les viets ne se sont pas montres.

En revanche,

la 11e, les entends sur la rive d’en face donnant leurs consignes aux guetteurs.

 

Le jour est levé.

 

Dans le lointain,

on entend le bruit des moteurs des chars qui peinent sur la digue.

Les commandants de compagnie les aperçoivent à la jumelle.

 

A 2 km de là.

Les silhouettes de marsouins qui progressent, de part et d’autre de la digue principale.

 

BRUNO à TOUS :

« A vous de jouer.»

 

Bondissant de leurs cachettes,

escaladant les haies vives que des volontaires ont cisaillées

durant la nuit, Les parachutistes s’élancent, appuyés par

les mitrailleuses qui bloquent l’issu par laquelle les viets espéraient décrocher.

FERRARI est violemment accroché au passage d’un pont sur le canal.

Il réussit à se dégager, aidé par les mitrailleuses de PRIGENT.

 BIGEARD est là, au cœur de l’action, auprès du capitaine LEROY,

avec la 11e compagnie.

 

Ses récepteurs radio donnent à pleine puissance.

Il entend les messages échangés.

Il sourit, son système de radio à fréquence unique porte ses fruits.

Les sections s’épaulent d’elles-mêmes, d’une compagnie à l’autre.

 10 heures :

Deux des trois villages fortifiés sont occupés.

DAI KHE et NAM TRI,

seul résiste CO-LE sur lequel portent les efforts des deux adversaires. 

C’est le verrou de la nasse.

Alors BIGEARD fait donner l’artillerie.

 

14 heures :

CO-LE tombe enfin, c’est le 6e C.I.P. qui a l’honneur

De donner l’ultime assaut et de conquérir le bastion ennemi

Le bilan atteste de la fureur du combat.

Le régiment 42 vient de connaître l’un de ses échecs les plus sanglants.

 

 

Bilan: 100 cadavres viets dénombrés, 4 fm, 80 fusils récupérés.

 

 

 

 

24 Décembre 1952,

 

Le Bataillon rentre d'opération dans la soirée.

 

22 Heures:

Réveillon pour la troupe, par compagnie.

 

 

 

 

25, 26 Décembre 1952,

R.A.S.

 

 

27 Décembre1952,

 

Le Bataillon est mis en alerte dans la matinée.

 

12 Heures:

Les 655 parachutistes opérationnel décolle du terrain de GIA LAM.

Le Bataillon doit encore une fois alleé en Haute région.

BAN-SOM perdu dans la jungle,

 

30 km au Sud-Est de NASAN et à 15 km à l’Est du col de CONOI.

 

Mission:

Faire liaison avec les éléments venant de NASAN.

Scénario habituel, bien au point, équipement, avionage,

cartes, mission pour chaque compagnie.

Après 15 km de progression en transportant les blessés.

 

Le 6 rejoint DUCOURNAU qui tient le col de CONOI.

Le Bataillon reçoit l’ordre de tenir un piton,

qui surplomb la route coloniale N° 41,

au Sud de CONOI et menant à CHIENG DONG.

28, 29, 30,31 Décembre 1952,

Le Bataillon passera c'est 4 jours sur ce piton et bien sûr le nouvel an.

En route pour l'année 1953...

 

 

 



Créer un site
Créer un site